Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Guide francophone au Vietnam : bilan 2018

guide francophone vietnam

guide francophone vietnam

La haute saison touristique du Vietnam a terminé en avril 2018. Tous les réceptifs vietnamiens dont je fais partie sont soulagés car ils ont traversé une crise sans précédent au niveau de la pénurie de guides francophones. Avant de préparer la prochaine saison qui débute en octobre 2018, il est peut-être temps de revoir ce maillon faible du tourisme vietnamien. Force est de constater que la francophonie se perd en vitesse au Vietnam. La langue de Voltaire séduit de moins en moins de jeunes talents, ce qui entraîne directement la baisse chronique du nombre de guides francophones. On ignore souvent que les guides font partie des actifs touristiques d’une destination, au même titre que le patrimoine culturel et les infrastructures. Le succès d’un voyage dépend beaucoup de ces chefs d’orchestre qui deviendront une ressource rare dans un pays de plus en plus anglophile et anglophone. Comment expliquer ce phénomène?

Le français en déclin inexorable

Les Vietnamiens aiment la France, c’est certain. Ils aiment la culture française, sa cuisine, son architecture, son parfum Chanel 5, et sa langue sexy. La France suscite le fantasme chez plusieurs jeunes, mais cela reste une vision très vague et naïve. La plupart des étudiants dans le département francophone à l’Université choisissent cette langue par amour holistique plutôt que par pragmatisme. C’est à la fin du cursus universitaire qu’ils se rendent compte que le français n’apporte pas grand-chose au niveau de l’employabilité. Une douche froide donc !

Les lycéens vietnamiens délaissent le francais en faveur de l’anglais

Il s’avère qu’il y a une perte d’intérêt des dirigeants politiques français vis-à-vis de l’ex-Indochine. Depuis la fin du mandat de Jacques Chirac en 2007, voilà 10 ans de ralentissement diplomatique. Les deux pays continuent à s’aimer culturellement mais la France s’intéresse plus à la Chine économiquement parlant. La France préfère draguer l’Empire du Milieu où la manne commerciale est mille fois supérieure au Vietnam. Derrière ce genre de relation diplomatique sont des miliers de bourses d’études octroyées par l’État français dans le but de promouvoir la langue de Mollière. Au Vietnam, ces bourses ont diminué considérablement sous les mandats de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Puis, le Vietnam ne semble pas une terre fertile pour l’installation des entreprises françaises faute du soutien global de l’État.

La venue de Francois Hollande symbolise la défaite de la France sur la scène diplomatique en Asie du Sud-Est. l’ex-président n’a laissé aucune trace dans la mémoire collective des Vietnamiens, contrairement à Francois Mitterand ou Jacques Chirac

Tout ce contexte morose explique pourquoi il y a peu de débouchés pour les jeunes francophones vietnamiens. C’est un facteur qui explique déjà la baisse graduelle du nombre d’inscrits au département francophone. Concrètement, en 2006 on avait 80,000 élèves francophones au niveau national (tout âge confondu). En 2016, il étaient à 25,000. Selon de diverses sources, le nombre total d’interlocuteurs francophones au Vietnam serait évalué à 800,000 personnes, dans une population de 95 millions d’habitants. Alors, fini les questions genre : « il y a encore beaucoup de gens qui parlent français là-bas, n’est-ce pas ? ».

Le francais n’arrive même pas à s’imposer face à l’offensive du japonais et du coréen

 A quoi ça sert d’apprendre le français si on ne trouve pas de boulot ? Voilà la question qui pousse les jeunes à s’orienter vers l’anglais voire le coréen ou le japonais. Les centres de langue anglaise poussent comme les champignons. Partout dans les grandes villes, on croise facilement les Wall Street Institute, Apollo, Language Link, etc. Sans parler de l’anglais, le français a perdu aussi sa place en faveur du japonais et du coréen. Les entreprises de ces deux pays ont placé leur centre de gravité vers le Vietnam où le coût de main-d’œuvre est bas et l’hospitalité gouvernementale est plus prononcée. L’implantation massive des usines japonaises et sud-coréennes demande des employés et ouvriers parlant ces langues. Par conséquent, c’est plus pragmatique et utile de parler japonais que français. La conservation de la langue française se réfuge désespérément derrière le bastion de l’Alliance Française, sous l’égide de l’Ambassade.

La plupart des jeunes qui prennent le cours de francais ont l’objectif de partir en France pour faire les études.

 Guide francophone : un métier instable

Les Universités vietnamiennes peinent à recruter des étudiants dans le département francophone. En moyenne, chaque établissement compte une centaine d’inscrits dont un tiers abandonnent en cours de route. Un autre tiers abandonnent le français au profit de l’anglais ou partent en France pour poursuivre les études supérieures. La quasi-totalité des guides francophones sont issus des études de langue et de littérature française. Le nombre est, bien entendu, proportionnel au nombre de « survivants » à la dernière année universitaire. Par la suite, ces jeunes diplômés suivent une courte formation pour obtenir la carte de guide qui leur permettra d’excercer le métier. Selon les statistiques des centres de formation à Hanoï, on a une dizaine de nouveaux guides francophones chaque année. Lors d’un échange récent avec les trois jeunes guides issus de l’Université d’Hanoï, le constat est lamentable. Ils sont les seuls trois à devenir guides pour une promotion (2013-2017) de 150 personnes au départ. Alors pourquoi si peu de jeunes s’intéressent au métier ? Plusieurs raisons nous poussent à réfléchir

guide francophone vietnam

Parmi tous les pays francophones, la France reste la première source de visiteurs pour le Vietnam (255,000 en 2017). Ce chiffre stagne depuis 2005 mais le profil des voyageurs a beaucoup évolué. Un amalgame de facteurs dont la crise financière de 2008 explique cette évolution. Les gens ont un budget plus serré mais souhaitent maintenir le même niveau de qualité en voyage. Cela percute évidemment sur un marché déjà très concurrentiel. La pression de prix devient un effet domino. Les Tour Opérateurs, surtout les groupistes et les généralistes, mettent pression sur les réceptifs. À leur tour, pour maintenir la marge, les réceptifs mettent pression sur l’ensemble des prestataires dont les guides. Ces derniers subissent les conséquences financières directes.

guide francophone vietnam

Alors que l’inflation au Vietnam monte en flèche depuis 2005 (250%), le salaire des guides francophones (freelance pour la plupart) n’augmente pas au même rythme (50%). En plus de cela, il faut ajouter la précarité caractéristique de ce métier, liée à la saisonnalité. Pendant la haute saison (entre octobre et avril), ils espèrent remplir leur agenda et gagner au maximum d’argent. Pour le reste de l’année, ceux qui n’ont pas de bon réseau sont au « chômage technique » sans solde.

Concurrence et opportunisme

Le salaire est plafonné à cause de la concurrence entre les agences de voyages. Certaines n’hésitent pas à diminuer voire enlever les avantages de nature auxquels les guides ont droit (hébergement et nourriture). Alors le seul moyen d’arrondir la fin du mois est peut-être les pourboires. Hélas ! Ce n’est pas gagné. La crise oblige, les clients font plus attention à leur budget et ils sont prêts à diminuer le pourboire ou le couper carrément. D’ailleurs, la culture française est rarement en faveur de pourboire qui est pourtant une pratique courante dans plusieurs pays en voie de développement. En outre, il faut savoir que l’évolution comportementale des voyageurs cause le délin du voyage groupe qui génère une somme de pourboire généreuse pour les guides. Fini la « Belle Époque » (1998-2008) où les groupes de Nouvelles Frontière, TUI, Vacances Transat ou Fram venaient au Vietnam au moins une fois par mois. A la place, ce sont des couples, des groupes d’amis à taille réduite ou des familles qui « oublient » parfois les pourboires.

Boutique attrape-touriste : une technique répandue pour toucher des commissions

Quand le panier de pourboire diminue, c’est un comportement opportuniste qui surgit. Plusieurs guides emmènent les touristes vers les boutiques de souvenir dans l’espoir de toucher une commission, si jamais un achat se concrétise. Si on parle de la déontologie, ce genre de comportement n’est pas du tout éthique et je suis le premier à le condamner. Cependant, c’est trop facile de les blâmer alors que personne ne cherche à savoir la cause. En partie, je crois que nous (réceptifs et voyagistes occidentaux), sont aussi responsables de ce résultat. Sans chercher trop loin, regardons notre voisin laotien. Un guide francophone là-bas est payé autour de 50 USD / jour alors qu’un guide vietnamien coûte 25 USD / jour, soit la moitié (pour un niveau de vie similaire). Après il ne faut pas s’étonner que le guide vietnamien soit plus disposé à vous emmener dans les « cages à touristes » pour toucher des commissions. Vous voyez beaucoup moins ce phénomène au Laos. A

Une frustration causée par l’injustice

Toujours au sujet du salaire, il faut savoir qu’il y a une forte disparité entre les langues. Au Vietnam, la tradition veut que les guides hispanophones, italophones et germanophones soient beaucoup mieux payés que les confrères francophones ou anglophones. L’explication ? Parce que ces langues sont plus rares dans le pays. Plus rare, donc plus cher. Normal. Mais quand le nombre de guides francophones diminue et arrive à la même rareté que les hispanophones, que fait-on ? Et bien, la discrimination de salaire reste identique. C’est cela qui crée un sentiment d’injustice chez les guides francophones. Pour vous donner une idée : un guide hispanophone touche 45 USD (60 USD pour italophone) pour une visite guidée d’Hanoï. Un guide francophone touche 25 USD pour la même charge de travail. Malheureusement, il n’y a aucune loi ni convention collective officielle qui régule cette discimination. Tout est fait verbalement dans une industrie où les non-dits sont rois. C’est cette frustration profonde qui renforce la décision d’abandonner le métier chez certains guides francophones.

Conséquence directe se fait sentir

Plusieurs guides expérimentés décident de changer de profession. N’importe quel boulot est admis à condition de remédier à la précarité. Le nombre de jeunes guides est inférieur à celui des expérimentés qui abandonnent le métier. Ainsi, on a un gros souci de renouvellement, ce qui entraîne la pénurie de main-d’œuvre. Donc ce n’est pas étonnant que l’on a du mal à trouver des talents prêts à accompagner les voyageurs.

Les trois saisons 2016-2017-2018, surtout pour les deux mois de novembre et d’avril tirent déjà l’alarme au niveau de la pénurie de guides francophones. La saison printanière de 2018 est peut-être le vrai coup qui frappe les réceptifs. Tout le monde fait tout pour conclure les ventes, mais un bon nombre de réservation sont annulés faute de guide francophone. C’est seulement en ce moment-là que les réceptifs commencent à reconnaître la valeur juste des guides francophones. Le mois d’avril est comme Ebay, une sorte de place de marché à l’enchère dans lequel les guides sont une marchandise rare. Pour la première fois, les réceptifs sont contraints d’augmenter le salaire pour convaincre les guides de travailler avec eux. Un combat sans merci se livre entre les réceptifs. Mais est-ce que c’est déjà trop tard ? Guides francophones, un actif non négligable du tourisme vietnamien, sont en train de disparaître. La crise oblige les réceptifs de repenser leur manière de travailler, et aussi vous, les voyagistes européens

 Pour l’instant, il y a un vif débat au niveau de l’augmentation définitive du salaire. Son résultat final aura des impacts sur la situation future : soit on arrive à retenir le peu de guides francophones, soit ils continueront à disparaître jusqu’au point où personne n’accompagnera nos chers voyageurs. Tout le monde sera perdant dans le deuxième cas, tour opérateurs et réceptifs compris. Je rédige cet article destiné à ceux qui organisent les voyages guidés au Vietnam. Je me souviens d’une entrevue avec Emmanuel Foiry (le patron de Kuoni) qui souligne que l’actif le plus important dans le métier du tour operating est les destinations. Je crois qu’il fait référence au tourisme durable d’un pays. Et justement, pour que le tourisme vietnamien soit durable en faveur de nos voyageurs francophones et des agences de voyages, pensons à nos chers guides francophones.

Guide francophone au Vietnam : bilan 2018
5 (100%) 3 votes
PARTAGER:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *