Rencontre avec la famille Loan dans le village Thuy Bieu

 

Très souvent, les voyageurs ne restent pas longtemps à Hue. Après une journée remplie de monuments classés par l’Unesco comme la Citadelle Royale et les tombaux, ils filent vers Hoi An. On juge trop facilement que Hue n’est qu’une ville d’étape où il n’y a rien d’autre à découvrir à part du patrimoine architectural. Et bien, il est temps de remettre ça en cause. Hue n’est pas une zone urbanisée comme Hanoi ou Ho Chi Minh Ville. C’est un mélange harmonieux entre la vie cittadine autour de la citadelle royale et les villages préservés à la campagne. Pour découvrir autrement l’ancienne cité impériale, immergez-vous dans la vie authentique du village Thuy Bieu

Situé au bord de la Rivière des Parfums, le village Thuy Bieu est encore préservé grâce à son passé intimement lié à la cour impériale. Vieux de deux siècles, ce village compte  plus de 90.000 âmes dont beaucoup sont les descendants directs de la famille royale. Les villageois vivent essentiellement de l’agriculture et de l’artisanat. Riziculture, jardinage, culture fruitière, fabrication d’encens, peinture sur soie, voilà quelques activités typiques que vous aurez l’occasion de découvrir une fois sur place.  
L’apport récent du tourisme est indéniable mais la plupart des villageois n’ont pas la forcément la volonté de s’ouvrir au tourisme. A la rigueur, ils ouvrent la porte et font visiter leur jardin, sans plus. Pourquoi une telle réticence envers des étrangers? Parce qu’ils ont peur que le grand nombre de touristes pourrait déranger l’esprit des ancêtres qui veille tous les jours sur leur maison. Cette tradition du culte des ancêtres est très ancrée dans la mentalité des habitants de Thuy Bieu. Du coup, seulement 2-3 foyers proposent l’accueil des visiteurs avec les services associés tels que : massage à pied, balade à vélo, restauration, cours de cuisine. Parmi eux, il y a Chez Loan, une adresse charmante destinée à ceux qui cherchent des rencontres authentiques.
Dès qu’on franchit la porte d’entrée, on sent déjà l’odeur des fleurs de pamplemousse. Nous sommes au mois de mars, période de la floraison, donc pas étonnant que l’odeur parfumée règne partout dans le village et sur les berges de la Rivière des Parfums. Chez Loan, dans un cadre de 4000m2, le jardin à fleurs représente déjà deux tiers de la superficie.
Au coeur de cette végétation luxuriante se trouve l’ancienne demeure du style maison-jardin où toute la famille de Madame Loan vit encore. Sous le même toit, trois générations cohabitent : Madame Loan et son mari, le fils, la belle-fille et deux petits enfants. C’est Monsieur Phuong, mari de Madame Loan, qui est le descendant d’un haut mandarin dans la cour royale de Hue. 
Ce dernier a aussi une apparenté impériale dans son sang. Devant l’entrée du salon, on remarque une vieille photo qui expose sa carrière mandarinale. 
Pour lutter contre le climat caractéristique du Centre, la double couche de tuiles permet d’évacuer la chaleur en été et garder au chaud en hiver. Le toit est en pente abrupte, permettant de résister aux cycles de typhon sans s’effondrer. Malgré son aspect sobre, quiconque peut remarquer la solidité de la maison et l’accueil chaleureux dégagé dans la pièce principale
Grâce à l’aide de quelques guides expérimentés, Madame Loan s’est lancée dans la restauration en 2013 dans le but de faire découvrir l’authenticité de sa cuisine. Elle propose aux voyageurs un cours de cuisine pendant lequel vous apprendrez à faire des nems en mode local et du canard mijoté à citronnelle.
Et puis on savoure le fruit du travail. Bien sȗr, il n’y a pas que ces deux plats qu’on mange. On vous sert trois autres plats et le menu change en fonction des saisons. Il faut savoir que l’équipe qui fait la cuisine est composée essentiellement des membres de la famille : Madame Loan, sa belle-fille et sa petite soeur. L’année dernière, la maison a reçu environ 700 visiteurs, ce qui permet à la famille d’avoir un revenu complémentaire en plus de la culture de pamplemousses et de la riziculture.

Suite à la partie culinaire, Monsieur Phuong sera ravi de vous accompagner lors d’une balade à vélo autour du village Thuy Bieu. Né et grandi ici, il connait parfaitement les moindres recoins.  Avec son guidage, c’est vraiment une immersion à la campagne de Hue.  Ce qu’on aime bien, ce sont des rencontres humaines avec des artisans que Monsieur Phuong connait très bien. 

D’abord, on découvre un atelier familial de fabrication d’encens. Ça fait plus de 30 ans que cette famille pratique ce métier. L’encens de Hue est connu pour son parfum originaire de résine de calambac. Chaque année, la famille produit environ 500kg de baguettes d’encens et on expédie la marchandise du Nord au Sud.
La qualité de l’encens dépend beaucoup du soleil car on doit le faire sécher plusieurs jours dehors. Or Hue subit régulièrement le cycle de typhons surtout dans la période entre octobre et janvier. Du coup, on ne peut pas assurer une production stable. Mais la famille peut compter sur la production du papier votif, une marchandise très utilisée pour de différents cultes vietnamiens.
Au cours de la balade à vélo, on croise constamment des chapelles familiales. Pas étonnant car plusieurs familles ont des ancêtres qui travaillaient dans la cour impériale avant. Il faut savoir que seuls les  clans nantis et intellectuels pouvaient mettre en place une chapelle familiale au temps féodal. Voilà une parfaite occasion pour comprendre le culte des ancêtres, le socle de la pratique spirituelle des Vietnamiens. La chapelle familiale est non seulement un lieu de culte mais aussi un espace social où les membres d’un clan se réunissent pour faire la fête et se souder.  
Chez Madame Loan est vraiment une base très intéressante pour déambuler à travers des sentiers du village Thuy Bieu. On a demandé à la patronne si elle envisageait de proposer l’hébergement chez l’habitant. Mais pour l’instant, elle est trop occupée. Peut-être un jour? A suivre….
Rencontre avec la famille Loan dans le village Thuy Bieu
Rate this post
PARTAGER:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *