Immersion dans la vie hanoienne des années 1980

“Bao Cấp”, ou société de subvention, un terme qui rappelle de la douleur pour les uns, de la nostalgie pour les autres, ou  de la honte pour certains. C’est un terme qui désigne la société vietnamienne des années 1970-1980, après la guerre américaine. Un terme à vocation péjorative semble-t-il, et pourtant un restaurant a été ouvert pour se spécialiser dans ce thème. Pourquoi? Parce qu’on ne peut oublier le passé, et malgré tout c’est un patrimoine historique et culturel que l’on peut transmettre aux futures générations. Telle est la conviction de Quang Minh PHAM, le fondateur du restaurant Cửa Hàng Ăn Uống Mậu Dịch số 37.
Né et grandi pleinement dans cette période difficile, Quang Minh a réfléchi longtemps avant de mettre en place le concept. Cet Hanoïen de souche a fouillé partout dans la capitale pour retrouver des objets d’époque, ce qui n’est pas une tâche facile. Il a persévéré, en récupérant pièce par pièce pour constituer une formidable collection. Et le restaurant a vu le jour en 2012.  
Pour les Vietnamiens, ce resto fait référence au passé récent. Pour les étrangers, c’est une parfaite occasion de découvrir le quotidien les contemporains des boat people dans leurs pays d’origine. Le concept du restaurant ne se limite pas au décor vintage, son mode de fontionnement nous rappelle également le mode de vie des Vietnamiens à l’époque caractérisée par l’économie dirigée. Voilà pourquoi nous proposons cette adresse, dans le but de vous faire immerger dans la culture vietnamienne des années 1980, de vous faire comprendre pourquoi les boat people ont quitté le pays natal pour fuir la misère.
Fidèle à la philosophie du voyage basée sur des rencontres authentiques, nous avons choisi le resto par son côté difficile à trouver. Dans un quartier assez excentré mais typique, on repère la façade grâce à une plaque peinte selon le style d’époque
L’extérieur est exigű mais ça pousse en profondeur, comme la plupart des maisons hanoïennes. 
Dans un décor assez chargé, le lieu donne une ambiance très chaleureuse, propice à accueillir des petits groupes.
Plusieurs photos ont été prises par les journalistes et ambassadeurs occidentaux pendant les année 1980. On a acheté le droit d’auteur pour les mettre sur les murs .
Sous l’économie de subvention, les citoyens travaillaient dans le but de générer la richesse qui serait envoyée à l’Etat. Par la suite, l’Etat répartissait la richesse sous forme monétaire, matérielle et alimentaire au gens, de manière équitable. Chaque mois, en fonction du statut, les citoyens recevaient des choses comme : vêtements, riz, viande, huile, savon, pneus de vélo, etc….bref tout ce qui subvenait au besoin quotidien du peuple. En contrepartie, c’était interdit de pratiquer toute forme d’entrepreneuriat, et donc pas de fortune privée bien entendu.  La distribution des biens se résumait sous forme de tickets de rationnement. Tout ça est très bien expliqué à travers des photos sur les murs.
 
Nous avons déjà emmené plusieurs clients ici et ils ont tous apprécié le charme caché du lieu. Pour les Français âgés plus de 50 ans, le terme boat people marque encore une tranche historique de leur vie. Ils ont des collègues, des amis ou de simples connaissances en lien avec ces réfugiés politiques. Mais ils ne savent pas encore comment les proches de ces boat people vivaient au Vietnam. Et bien, ils perceront le secret à travers les objets exposés dans toute la salle    
 
Le menu a été conçu dans une allure qui fait tout de suite référence à cette époque. La couverture ressemble au livret alimentaire que les Vietnamiens utilisaient pour recevoir des denrées dans les points de distribution.
Dans une période marquée par la misère, les Vietnamiens étaient très économes. En fonction des denrées alimentaires reçues et des surplus obtenus “en cachette”, on se contentait de cuisiner des plats très rustiques tels que : cơm độn khoai (riz mélangé aux patates douces), dưa xào tóp mỡ (choux sautés à la graisse de porc),  cơm cháy (riz crammé), etc. Et c’est tellement délicieux! Un phénomène, jadis des plats pour les pauvres, et aujourd’hui des plats à savourer… Pour nos clients, nous avons spécialement conçu un menu réellement utilisé par les Vietnamiens de l’époque.
Avant ou à la fin du repas, on peut faire un tour du restaurant pour jeter un coup d’oeil sur l’ensemble des ustensiles et des objets utilisés pendant la période de bao cấp. A l’époque, on n’avait ni de chaises ni de tables dans la maison. C’est pourquoi on devait utiliser un plateau en cuivre comme table et on mangeait par terre. Les mouches étaient partout dans la maison et il fallait se servir d’une couvercle en bambou tressé pour protéger le plateau de repas.
Certains membres de famille ont pu partir s’installer dans les pays de l’ancien bloc soviétique (Russie, Ukraine, Pologne, République Tchèque, Hongrie, Allemagne de l’Est). Ces gens pouvaient gagner bien leur vie grâce au commerce de détail et ils offraient des biens à leurs proches au Vietnam : télé, fer à repasser, radio-cassette, etc….Les choses semblent évidentes aujourd’hui mais étaient rares dans une période où toute fortune privée était interdite voire confisquée par la police
Vous l’aurez compris. Avec nous, pour la découverte du Vietnam en profondeur, il ne suffit plus de manger dans les restos réservés aux touristes. Changez d’esprit, découvrez Hanoi autrement, immergez-vous dans la population hanoïenne et c’est comme ça que l’on comprend la capitale dans toutes ses subtilités. 
Immersion dans la vie hanoienne des années 1980
Rate this post
PARTAGER:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *